La Plume d\'Ys

La Plume d\'Ys

Editorial des grandes vacances 2009

 EDITORIAL DES 
GRANDES VACANCES 2009
  
Même si les vacances sont super agréables...
 
N'oubliez pas de revenir 
sur la Plume d'Ys !
 
AU SOMMAIRE DE LA PAGE D'ACCUEIL :
  • Editorial : la Plume ronchonne encore...
  • La vidéos du mois: le scandale écologique des pets de vaches !!!
  • Actu ! : Jean Castelli, un habitué (et fan !) de la Plume d'Ys nous livre un essai humoristique que la Plume vous prescrit comme lecture cet été, sans ordonnance médicale ! A lire d'urgence...
  • Les bonnes recettes d'écriture : mise à jour du dossier "Le monde de l'Edition"
 
 
EDITORIAL
 

En pleine période estivale, la Plume espère vous trouver au camping ou en vacances en famille. Nous avons tous besoin, plus que jamais, de recharger nos batteries, d'une période privilégiée où nous mettons nos soucis entre parenthèses et où nous essayons de remettre en état « la machine » pour affronter une rentrée qui s'annonce décidément très difficile tant sur le plan social qu'économique.

 

Difficile pour ceux qui ont encore du travail, ceux que j'appelle « les survivants » des plans sociaux et qui doivent faire avec, avec les réorganisations, un management la plupart du temps incompétent et inapte à fédérer l'esprit et l'âme d'une entreprise, basant ses actions sur la seule perspective de la trique, de la menace de licenciement, le rabaissement et le mépris de l'être notamment en fixant des objectifs inatteignables, etc.

 

Difficile pour ceux qui ont été jetés au chômage sans perspective à court terme ni à long terme avec les dégâts causés sur le marché de l'emploi par la crise.

 

Difficile pour les plus fragiles et les travailleurs pauvres, les femmes seules. Pour eux, le gouvernement a trouvé le remède du siècle : le RSA (Revenu de Solidarité Active).

 

Enfin, me direz-vous, une bonne nouvelle pour les travailleurs : ils vont pouvoir « cumuler » les allocations d'aide et leur maigre revenu. Alors vous allez trouver que je ronchonne pour ronchonner. Hélas, si seulement il ne s'agissait que de mon mauvais caractère ! Mais voilà, j'ai appris à décrypter et à analyser, puis à appliquer et vérifier : les calculs sont loin d'être aussi mirobolants que ceux promis.

 

C'est qu'entre les premières expériences du RSA dans les départements pilotes (qui faisaient la promo dans les médias à coup de "publi-reportages" de la première Germaine Rsatiste du coin vantant les bienfaits du système) et ce qui va être appliqué sur l'ensemble du territoire, les données ont changé et sont devenues beaucoup moins favorables.

 

En gros, dans les différentes simulations effectuées, le travailleur pauvre y gagne un "surplus" d'une moyenne inférieure à 100 euros. Le bon plan du siècle quoi ! Et dans certains cas, on retourne à la case départ, ni plus ni moins à la fin du mois sur son compte bancaire.

 

Mais surtout, voici la réelle incidence du RSA : contrat précaire généralisé et temps partiel à plus d'un septième de la population active ! Désormais, puisque le capitalisme ne peut pas en France, remettre vraiment en question le taux horaire SMIC (en Allemagne, le prix de la rémunération salariale n'a pas de minimum à la grande satisfaction du patronat), c'est l'état qui finance de plus en plus nos emplois, par les allègements de charges aux entreprises, le maintien d'une rémunération très basse et une "aide financière" en quelque sorte sur salaire à l'instar de la prime pour le retour à l'emploi qui ne devrait d'ailleurs pas tarder à disparaître quant à elle...

 

L'état rajoute quelques menues monnaies pour aboutir à un minimum de revenus pour chaque salarié, juste assez pour que ce dernier puisse, non pas vivre mais survivre… (au mieux, pour un temps partiel 3/4 pas plus de 850 euros en net de revenus tout confondus : salaire, toutes allocations y compris allocations logement, par mois, pour un célibataire). A peine de quoi payer une chambre et de quoi manger quand tout va bien. Des travailleurs dormant dans leur bagnole ça fait désordre ! 

 

Travailleurs au SMIC à temps complet vous avez intérêt, quant à vous, à ne plus vous plaindre, hein !  avec 950 euros en net par mois, de quoi vous plaignez vous... et puis pourquoi bosser à temps plein, surtout... (la société dans laquelle nous vivons est de plus en plus abérrante...)

 

Ainsi, toujours pour le profit de la minorité, ce sont nos impôts et le bénévolat social qui vont assurer la subsistance de chacun (je parle de 3 à 5 millions de personnes concernées, ce n'est pas une broutille !). La rémunération du travail ne permet plus d'assurer à chacun le droit de vivre dignement, c'est à dire le droit au logement, à l'éducation, la nourriture et la santé. La déclaration des droits de l'homme, vous pouvez vous torcher le cul avec.

 

Ceux qui sont censés être les dirigeants du peuple baissent leur culotte et participent à la curée. Pour le profit, on nous a menti à peu près sur tout, et l'on fait semblant aujourd'hui de découvrir les problèmes comme si les scientifiques les avaient découverts à la fin du mois dernier...

 

Mais moi, je peux vous affirmer par exemple, qu'il y a plus de 25 ans mes profs d'université prédisaient le désastre écologique et tout le monde scientifique se posait les bonnes questions. Les Français commençaient à avoir la fibre écologique, il n'y avait qu'à voir l'immense succès de l'émission TV « La France Défigurée » à l'époque pour s'en convaincre (vers les années 1970) ! mais celle-ci a été bien vite arrêtée (les médias ont une lourde responsabilité dans le pourrissement éthique du pouvoir et de la démocratie) car les gros pollueurs étaient sommés de devenir les payeurs.

 

Aujourd'hui, c'est nous tous qui allons payer sans exception, alors que l'énergie est devenue chère, on va rajouter encore la taxe carbone, les entreprises sont encore une fois déchargées en grande partie de leurs responsabilités, ce sont les ménages qui vont désormais mettre la main à la poche de façon beaucoup plus radicale. Que faisaient-ils, tous, dans les hautes sphères étatiques quand nous avions de la marge, pour préparer les échéances dont ils connaissaient déjà les tristes résultats futurs ? Pourquoi n'ont-ils pas commencé à taxer l'énergie quand elle était peu chère afin de préparer l'avenir ?

 

La seule réponse fut le nucléaire, une énergie pas chère et pas génératrice de CO2, mais génératrice de déchets radioactifs dont le stockage et l'extrême dangerosité crèvent les coûts de maintenance et ce, pas pour une dizaine d'années mais pour des siècles ! Et que dire du coût de démontage de toutes les centrales arrivées en bout de course aujourd'hui en France (elles ont été construites toutes à peu près à la même époque), un coût colossal !

 

Et puis, vous croyez que l'uranium est inépuisable ???? Et bien, aux dernières nouvelles les réserves d'uranium seront épuisées dans 50 ans… (y'a pas que le pétrole…) d'où la construction des super-réacteurs nouvelle génération qui marcheront avec des combustibles appauvris.

 

Voilà pourquoi Edf va augmenter considérablement ses tarifs. Elle n'aura pas été fichue de faire les investissements à long terme, elle n'aura pas été fichue de prévoir une gestion raisonnée et respectueuse de l'intérêt de tous, juste pour produire du profit immédiat et le plus rentable possible pour quelques poches bien remplies. Comme d'hab. quoi…  Et puis il y a encore une petite loi bien sympa qui se profile à l'horizon concernant le logement et les travaux d'économie d'énergie, locataires préparez-vous à ressortir votre porte-monnaie…

 

Nous héritons des dettes et de l'inconscience des générations parasites de l'après-guerre et malheureusement, contrairement au droit successoral, nous n'avons aucun moyen de refuser l'héritage pour essayer d'y échapper. Quant au partage du fameux héritage, il y a ceux qui continueront d'en profiter et ceux qui seront juste là pour payer les pots cassés...

 

Je ne sais pas si la Plume sert à grand chose, mais si au moins, chez quelques-uns d'entre vous, elle vous secoue les tripes et vous fait comprendre qu'il s'agit maintenant de ne plus se laisser berner, alors la Plume n'est pas tout à fait inutile. N'oubliez pas que les gens de lettres restent le fer de lance des pensées progressistes et que, quelque part, ceux qui écrivent se doivent aussi de mettre leur (petit) talent au service de l'Humanité. Nous ne sommes pas tous des Voltaire, des Hugo, des Zola, mais tous, nous pouvons par l'écrit, diffuser une vision du monde où la vérité aurait sa juste place.

 

Ys

 

 

 

LA VIDEO DU MOIS

 

Et puis tout ça c'est aussi la faute aux vaches, grandes productrices de CO2 par leurs pets répétés ! Mais non, je ne plaisante pas !!!! Voyez pour un coup, ce n'est pas la faute aux actionnaires et à l'oligarchie dirigeante, c'est la faute à nos vaches…

 

La vidéo du mois, vous propose un petit moment écologique de détente, avec la série absolument géniale de "The animals save the planet". Vous avez la traduction du petit commentaire en anglais juste transcrit en dessous du lecteur.

 


 
 

Petite traduction du commentaire en anglais de la vidéo :

"Plus on mange de viande et plus il y a de vaches produisant des gaz à effet de serre. Sauvez leur planète, mangez équilibré !"

 

 
 
ACTU !

 "On nous a doré la pilule, la Presse était complice" par Jean Castelli aux éditions Lello.

Publier un ouvrage est toujours un petit événement dans nos vies austères d'auteurs. Aussi, quand cela arrive à un partenaire de la Plume d'Ys, je ne peux que me joindre à cette bonne nouvelle et vous donner mon sentiment.

Jean Castelli est avant tout enquêteur, non pas enquêteur au 36 Quai des Orfèvres, mais enquêteur-historien à la recherche des sources et documents nécessaires à ses ouvrages restituant notre passé. Particulièrement sensible aux mœurs et coutumes des époques étudiées, notamment le 19e siècle, Jean Castelli flirte avec la sociologie et l'histoire sociale par ce petit essai satirique intitulé  « On nous a doré la pilule, la Presse était complice »,

Avec humour mais non moins d'esprit critique, Jean a rassemblé des publicités de presse (« média » unique pendant des siècles, seul lien d'information avec les citoyens qui prennent bientôt le statut de consommateurs) dont le sujet essentiel concernait notre santé : tournée des dentistes, alors médecins nomades, consultations diverses et surtout vente de médicaments et appareils miracles pour tous les maux de l'époque.

Le résultat est hallucinant : afin de vendre les fameuses pilules miracles, tout avait déjà été inventé en arguments publicitaires : depuis l'ancêtre du publi-reportage, les slogans (notamment ceux des fameuses pilules Pink, véritables morceaux d'anthologie !), par la notion de ce que l'on nomme aujourd'hui les alicaments (se soigner grâce aux bienfaits de la nourriture, ici pour le coup, la semoule et Chocolat de M. Mourlès qui préservent les enfants entre autres « des accidents causés par la dentition » op. cit. p. 30), les tests avec échantillons gratuits, le tout ayant pour but de vous faire recouvrer la santé, illico presto et … par correspondance !!!!!

De quoi aussi nourrir notre réflexion d'aujourd'hui sur notre rapport aux médicaments et notre médecine. Pour autant, éviter de mourir de rire avec ce petit essai (cela me fait un lecteur de moins pour la Plume !!!), concurrent sérieux au Prozac et autres antidépresseurs prescrits souvent trop facilement, là où une certaine vision mature et philosophique de la vie suffirait à nous rapprocher du bonheur. Je crois que Jean sera de mon avis.

Pour en savoir plus cliquez sur le lien de l'auteur :

Castelitteraire

 

 

LES BONNES RECETTES D'ECRITURE

DE LA PLUME D'YS

 

Mon cow-boy cuisinier préféré !

T'as raison Garfield..

La Plume va bientôt dégainer contre le monde de l'édition...

 

La catégorie sur le Monde de l'Edition, s'enrichit d'une introduction et d'un nouvel article :

Introduction : un éditeur, où chat, où chat ?

Lien vers cet article : cliquez ici !

Editeur à compte d'éditeur : la voie royale ?

Lien vers cet article : cliquez ici !

 

Je rappelle que mes articles sont sous licence Creative Commons by-nc-nd, vous pouvez donc les imprimer sans problème. Une option "impression"  (pas très visible, je le reconnais) tout en bas de chaque article permet une impression propre...

Bientôt, un nouvel article complémentaire sur le compte d'éditeur : Editer à compte d'éditeur ou le parcours du combattant.

Un article sur l'édition à compte d'auteur et sur l'autoédition (ce n'est pas la même chose !!!!) est prévu.

Un article est prévu également sur la relation auteur - internet - édition numérique... C'est en pleine mutation, cela se complexifie drôlement (enfin, moi, cela ne me fait pas particulièrement rigoler, cela me donnerait plutôt mal au crâne, Ibuprofène 400 garanti en fin de séance...), c'est très difficile de donner une opinion relativement objective car il est souvent nécessaire de prendre position pour le bien de mes auteurs en herbe... Cela risque de faire mal et je sens que je vais être particulièrement irritable sur ce sujet... Parfois, un peu de violence ça soulage...

 

Edition et Internet :la question qui fâche aussi Garfield...



20/09/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres