La Plume d\'Ys

La Plume d\'Ys

Editorial de mars 2010

EDITORIAL
DE MARS 2010 
 
 
 Un hiver rigoureux finissant, une aube colorée et frissonnante  
Un soleil discret en attendant le printemps.
  
AU SOMMAIRE DE LA PAGE D'ACCUEIL/EDITORIAL :
  • Jean Ferrat est mort. C'est heureux que les médias aient pensé à se souvenir du poète, du chanteur, et de l'homme engagé...
  • VOTEZ ! Record d'abstention battu pour les régionales. Pas étonnant, messieurs, dames, les politiques...
  • Invitation au Guignol ou le triomphe des marionnettes...
  • Techniques d'écriture : Vl'à enfin les fantômes !

 

EDITORIAL

 

Jean Ferrat est parti

 

Bien sûr, à partir d'un certain âge, tous ceux qui ont un peu ou beaucoup compté dans notre histoire contemporaine, ont le grand honneur de se voir concocter une nécrologie par les médias, nécrologie  "prête à l'emploi" disponible dès que la mort fait son office et fauche sans considération aucune les grands talents comme les voleurs, les coeurs purs comme les esprits les plus cruels.

 

Alors, on nous dit : Jean Ferrat, c'était un poète, un écologiste avant l'heure, il chantait Aragon, il était de toutes les luttes contre les discriminations et les injustices, il était engagé sans jamais pour autant vendre son âme au diable, il était partie prenante dans la vie de son village en faisant ce qu'il pouvait en tant qu'adjoint au maire pour le mieux-être de ses administrés. Il était authentique, sans prétention, l'humilité lui faisait fuir les grands spectacles télévisuels (à part sa participation chez Drucker qui, de toute manière, ne ferait même pas fuir une souris tellement l'est consensuel le Michel...) et préférait l'exigence de la scène.

 

Isabelle Aubry chante encore ses chansons, notamment dans la grande tournée "Age tendre et tête de bois". C'est elle qui a reçu, au nom de Ferrat, un disque de platine faisant référence à la compilation de 2009 des plus grands titres interprétés par l'ami Jean  vendue à plus de cent mille exemplaires, alors que, dans un même temps, l'industrie du disque s'effondre. Sans publicité, sans matraquage à la télé, ni à la radio, ni clip, ni rien de rien...

 

Alors voilà. Le business du disque nous impose des pétasses adolescentes attardées qui se trémoussent, imbues de leur personne, dans des clips où elles chantent en playback. Heureusement pour ces dernières, le ridicule ne tue plus depuis longtemps. Elles s'arrangent dans leur posture pour qu'il n'y ait aucune ambiguïté : elles ont bien le feu au cul... Les chanteurs masculins ne valent pas mieux, ils rapent des mots immondes pour une vision du monde qu'ils élèvent au rang du trône, pas de la royauté mais plutôt celui des toilettes. Faut pas être discriminatoire, c'est l'art des cités... Quelle insulte pour pour tous ceux qui essaient de s'en sortir, de ces putains de cités : c'est sûr, eux ne sauraient chanter autre chose, ils ne sauraient aimer la musique classique, ni chanter Ferrat ????

 

Qui se permet de faire croire que les habitants des cités ne sont pas capables d'apprécier la culture des "happy few" ? Qui se permet de faire croire que la cité, ce n'est rien d'autre que de la délinquance et que c'est normal parce que c'est à cause de la pauvreté ???

 

La délinquance dans les cités, ce sont 5 % de vrais voyous qui tiennent les habitants sous le joug de la peur, principalement commerce de drogue et d'armes chapeauté par une organisation mafieuse.

 

Qui ose faire l'amalgame en insultant les pauvres comme étant potentiellement des criminels, (normal parce qu'ils sont pauvres...CQFD -Ce Qu'il Fallait Démontrer- ). Que doivent penser ceux qui sont pauvres et pourtant honnêtes, n'en déplaisent à nos politiques ? Et pourtant les pauvres honnêtes sont bien la majorité...

 

Qui osera dire, en dehors du cercle restreint des criminologues, qu'aujourd'hui il n'y a pas forcément corrélation entre misère sociale et délinquance ?? Ceci est une terrible idée reçue véhiculée par des cons authentiques (excusez-moi, mais avec l'âge, je ne supporte plus l'incompétence...) qu'ils aient fait l'ENA, qu'ils soient au PS ou à l'UMP, au FN ou en provenance directe de Vénus. Dérangeant n'est-ce pas ? Pourtant, je ne fais que vous résumer l'état des dernières recherches de l'Observatoire de la délinquance...

 

A moins que l'on ne considère effectivement les pauvres comme des délinquants, leur seul délit étant... qu'ils sont pauvres.... Ce qui est désormais le cas en Inde, où le fait d'être pauvre et sans abri vous envoie directement devant le juge et aboutit purement et simplement à votre incarcération dans des camps de rétention. Le but étant de "nettoyer" les villes de ces pauvres embarrassants et de faire place nette à une image "clean" du pays pour les touristes et les hommes d'affaires venus investir. Une idée qui ne déplairait pas à notre Président...

 

Jean Ferrat est mort et il ne dénoncera plus rien. Il n'honorera plus la vraie place de l'artiste, ce qu'il était dans ses tripes, dans sa chair, dans sa voix, dans ses mots, dans sa vie, dans son être... Moi, je n'ai pas son talent, mais tant pis, je dénonce quand même, dès fois que je puisse vous interpeller et vous inciter à chercher la vérité... celle qui exige que l'on court pour la trouver... Aujourd'hui, c'est M6, NRJ qui vous disent quoi écouter et qui décident pour vous à quelle dose de talent vous avez droit. Inutile de vous dire que les doses qui vous sont distillées relèvent de l'homéopathie.

 

 

Allez, monsieur Ferrat, j'espère que là-haut, vous trouverez votre montagne, si possible ardéchoise, car nous qui vous aimions, nous connaissions vos goûts.

 

 
 
 
Je vous ai trouvé une belle montagne rien que pour vous. 
Monsieur Ferrat, je vous espère un paradis qui devrait ressembler à cela. 
 
 

VOTEZ ! Deuxième tour des régionales et les citoyens s'essouflent

 

L'astention est désormais une composante politique qui paradoxalement, loin de représenter le neutralisme, renvoie plutôt à la dégradation du débat politique. Beaucoup d'entre nous n'y croient plus, droite, gauche, centre, extrême, nous avons du mal de décliner désormais les promesses que l'on nous balance à la tête, comme le torchon quand il brûle.

 

Certains d'entre nous, pensent aussi que c'est une manière comme une autre de marquer notre désapprobation unilatérale face aux décisionnaires. Pire, le fait de jeter le manche après la cognée quasiment pour plus d'un électeur sur deux, ne voudrait-il pas dire, preuve à l'appui, qu'au-delà des idées politiques, de la défiance face à la parole des uns et des autres, c'est maintenant l'idée désespérante que le politique ne PEUT VRAIMENT PLUS FAIRE GRAND CHOSE qui prédomine, car le pouvoir en tant que tel ne lui appartient plus. Le pouvoir est au main des financiers, des grandes entreprises multinationales : je vous renvoie au chapitre suivant, celui qui fait référence à Guignol. Je pourrais tout autant vous donner l'exemple de l'endettement de la Grèce, donc d'un pays tout entier dont l'avenir financier est entre les mains d'une grande banque américaine la Golden Sachs (elle ne vous dit rien celle-là !!!!)

 

De plus, cette campagne régionale a été complètement inaudible. Il faut savoir aussi que nos représentants régionaux, ne le seront que pour quatre ans. En 2014, notre président de pacotille, souhaite une énième réforme avec sa patte habituelle : mal faite, mal négociée, dans un but éminemment personnel, celui de faire disparaître des élections à deux tours au profit d'élections à un seul tour. Jusqu'à présent, le premier tour était très souvent favorable à l'UMP, ce dernier occupant la pôle position, les alliances des diverses gauches et écolo se faisant pour le second tour. De fait, avec une élection à un seul tour, nous verrons disparaître les petites listes au profit des grosses affiches, puisqu'il faudra gagner dès le premier coup.

 

Notre petit Nicolas a cependant tout faux : avec son débat sur l'identité nationale tourné uniquement sur le problème de l'immigration, il a redonné et surtout décomplexé ses voix au Front National. Le désaveu de sa politique nationale, malgré cette forte abstention, s'exprime par la râclée du premier tour... Enfin sa fameuse tactique d'ouverture à gauche, n'a vraiment pas plu au sein même de son camp, à l'UMP...

 

 

 

 Grand spectacle au Guignol :

 

- Bonjour monsieur Total !

- Bonjour monsieur Nicolas !

- Dis-donc monsieur Total, monsieur Menu-Frotin est pas content !

- Comment ! Monsieur Menu-Frotin ! Mais il est si bête celui-là..

- Ben oui, monsieur Total, mais là, les suppressions d'emplois, ça fait pas joli dans le paysage...

- Bon, bon...

Monsieur Total réfléchit, il reprend :

- Et si on disait à monsieur Menu-Frotin, qu'on lui donne d'autres z'emplois grâce à Monsieur EdF ?

- Joli, Monsieur Total, mais vous croyez que Monsieur Menu-Frotin sera dupe ? Il sait bien que ce projet existe déjà depuis plusieurs années, que les z'emplois créés seront peu nombreux...

Monsieur Total rigole :

- Ah, vous avez bien raison monsieur Nicolas, on vous l'a fait pas à vous, hein! Une unité de stockage ça doit créer... ça doit créer...

- Ben, une dizaine de z'emplois ?

- Non, quinze, monsieur Nicolas, quinze !

Monsieur Nicolas pouffe :

-Ah, vous êtes un rigolo, Monsieur Total... Bon, vous pourriez dire que pour l'instant, vous ne fermez pas ?

- Ah non, ah non, monsieur Nicolas et mes profits alors !

- Allez, soyez sympa, et pis, j'me fâche moi, après tout suis le président de tous les Menus-Frotins, moi... Vous allez m'obéir, hein ! C'est que j'ai des échéances électorales moi !

- Bon, d'accord, d'accord, j'dirai à Monsieur Menu-Frotin que j'ferme pas...

Monsieur Nicolas est gonflé à bloc. C'est qu'il est un pantin, un vrai !

- Bon, j'aime mieux ça, monsieur Total parce que c'est moi le chef... Je vais voir bonbonne maintenant, il parait qu'elle à le feu au derrière... (*)

Monsieur Nicolas s'en va... Monsieur Total parle aux enfants en apparté :

- Alors les z'enfants, Monsieur Nicolas est parti ! Il se croit le chef, cet âne-là!

(Rires aux éclats des enfants...) Monsieur Total reprend :

- Allez les enfants, on va appeler Monsieur Menu-Frotin, tous avec moi !

Les enfants et monsieur Total scandent ensemble :

-Monsieur Menu-Frotin où êtes-vous ?

Monsieur Menu-Frotin arrive.

-Bonjour Monsieur Menu-Frotin !

-Bonjour Monsieur Total, il paraît que vous vouliez me parler ? J'ai rencontré Monsieur Nicolas en chemin ! Alors vous ne fermez pas ?

Monsieur Total prend une grosse voix caverneuse :

- COMMENT JE NE FERME PAS !!!!!!!

 

 

Vive le Théâtre de Guignol !
(image du blog "Les ballades de Christelle" sur over-blog.com)
 

 

Il sort un gros gourdin et tape sur la tête de monsieur Menu-Frotin :

- Tiens prends ça et puis ça ! 10 millions de chômeurs, et de 400 000 en fin de droit, et des salaires de merdre (*). Tiens ! (un coup de bâton) Tiens ! (un autre coup de bâton) Tiens ! (encore un coup de bâton)

- Mais monsieur Nicolas il avait dit que...

- Parce que tu crois, sale pauvre que c'est nicolas le chef ? Tiens, prends ça, puis ça...

Monsieur Total continue de battre Monsieur Menu-Frotin comme plâtre. Monsieur Nicolas réapparaît, mais voyant le gourdin, il se cache dans les rideaux :

-Oh là là là là ! Heureusement que j'ai épousé bonbonne, il va nous rester uniquement sa cuillère d'argent, faut pas faire le difficile même si elle a le feu au derrière... C'est que j'vais pas rester lontemps président moi, si ça continue ! Courage fuyons ! Les enfants vous ne m'avez pas vu, hein, les enfants...

 

Le rideau tombe...

 

(*) Si vous voyez une allusion concernant les rumeurs récentes de la vie trépidante de Carlotta, vous pouvez....

(**) Allusion à la "merdre" ubuesque du grand Alfred Jarry

 

 

LES BONNES RECETTES D'ECRITURE

DE LA PLUME D'YS
La Plume d'Ys aurait-elle la faculté de rendre visible l'au-delà ?

Avec beaucoup de retard, voici enfin l'article sur les fantômes...

La thématique du fantôme m'a permis de vous donner un exemple de mise en travail et de construction d'une histoire à partir de cette simple idée de personnage gravitant autour du surnaturel.

Il devient difficile, après avoir abordé les rudiments nécessaires aux techniques d'écriture de donner des "leçons" magistrales qui prétendent vous faire évoluer dans votre écriture. En ce qui me concerne, en effet, il me paraît contradictoire de vous imposer une manière d'écrire alors même que tout mon travail espère vous voir prendre votre propre style. Mais je crois beaucoup en la vertu simiesque de la nature humaine !!! Ainsi, en donnant force d'exemples de la manière dont je travaille moi-même ou en vous donnant simplement quelques voies à explorer,  je pense que vous vous mettrez au travail en prenant la matière primaire que je vous propose et que vous trouverez votre propre chemin. Cela fait quelques temps maintenant que nous chevauchons côte à côte et je crois que vous avez compris au moins une chose : qu'il faut travailler dans l'acte solitaire de l'écrit pour s'améliorer de soi vers soi.  Discipline difficile et de solitude. N'oubliez pas cependant, cet oeil bienveillant et discret juste par-dessus votre épaule. Avec la Plume, vous n'êtes jamais vraiment tout à fait seul désormais devant votre page blanche. Bonne plume à tous ! 

 Lien vers l'article sur les fantômes : cliquez ici !

 Vous pourrez également retrouver son lien dans la catégorie "Fantastisque, Fantasy, SF" du menu du blog.  

Ys

 

 

La Plume d'Ys, on ne peut plus l'arrêter !

Avec La Plume d'Ys, on écrit bien gratis !

(slogans style des années 60...)

A CONSOMMER SANS MODERATION !

 

 

Car, la Plume d'Ys,

"Vous ne pouvez plus vous en passer"



15/03/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres