La Plume d\'Ys

La Plume d\'Ys

Editorial d'automne 2009

EDITORIAL 
D'
 
 Doux repos coloré, 
Se ressourcer au sein de la nature
Soleil discret & air frais
 
   
AU SOMMAIRE DE LA PAGE D'ACCUEIL/EDITORIAL :
  • "Pourtant que la montagne est belle, comment peut-on s'imaginer, en voyant ce vol d'hirondelle, que l'automne vient d'arriver" Jean Ferrat
  • L'audience d"Apocalypse", le documentaire de France2 sur la seconde guerre mondiale, bat celle de la série américaine "Les Experts" sur TF1 !
  • Retour sur ma participation en tant qu'auteure au Salon littéraire des Mots Doubs à Besançon qui s'est tenu le 12 et 13 Septembre : réflexions et ... réflexions...
  • Pour en finir avec la Grippe H1N1! Jai fini par prendre réellement.. en grippe, ce vaste raffût politico-médico-médiatique imbécile, infondé, le tout pour de très mauvaises raisons... politico-médico-capitalo-médiatiques...
  • Techniques d'écriture : le monde de l'édition (suite)
 
EDITORIAL
 
L'automne. 
La saison préférée de la Plume d'Ys. 
 
 

Températures et lumières fragiles, air frais créant l'émotion d'une peau légèrement chair de poule.

La nature est colorée surtout ici où la forêt et les arbres sont rois.

Les feuilles tombées nous fournissent des tapis craquelés, et un doux bruissement au passage des sabots dans le calme d'un chemin retourné à la solitude car les humains frileux restent déjà chez eux. Attention, mon ami équin, elles sont glissantes et un peu traîtresses. Mais tu as le pied si sûr...

 

L'automne c'est une vraie merveille. Prenez le temps de regarder un peu nos paysages changeants avant que la froidure ne vienne tout saisir de torpeur, le temps, la vie, l'eau changée en glace.

 

 
Si vous n'avez pas la chance d'aller en forêt
La Plume d'Ys vous offre cette boule de cristal magique. 
 
 

L'audience du documentaire "Apocalypse" sur France2 surpasse celle des "Experts" sur TF1

 

Qui aurait parié là-dessus ? Certainement pas TF1 ni tout autre chaîne commerciale qui persiste à croire que le peuple est formé de débiles manipulables sans limite. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer de faire "toujours plus" dans les programmes de merde pour nous rendre chaque jour un peu plus cons : secret story, star ac, la méthode Cauet, Cauet qui sévit d'ailleurs maintenant dans un remake affligeant de "Tournez manège !", etc.

Certes "Apocalypse" n'est pas non plus le documentaire parfait que l'on pourrait croire : le choix de la colorisation notamment, peut amener discussion. Mais il n'en reste pas moins un programme de qualité, et la qualité peut être aussi un élément non négligeable d'audimat. Et la Plume d'Ys prend le risque du siècle, celui de ressortir un mot tabou : "culture" et même de le profaner aux yeux de la caste élitiste qui se croit au-dessus des lois (si vous voyez ici des allusions à l'actualité, vous pouvez) : j'ose en effet associer le mot culture avec le mot peuple. C'est Malraux qui va être content. Merci Monsieur Malraux, au fait, de nous avoir donné à voir l'art dans les musées...

 

 
Seuls Garfield et Odie n'ont pas regardé "Apocalypse",
ils sont allés jouer dans les feuilles d'automne.
 
 
 

Le salon des "Mots Doubs" à Besançon

Participation de la Plume d'Ys à cette manifestation d'audience régionale.

 

 Quelques réflexions ronchonnantes, bien sûr :

 
  • D'abord, la joie de revoir quelques lecteurs "addict" à mon écriture, et cela fait un bien fou. Car, avec très peu de moyens, aucune aide médiatique, pas de piston, pas de coucherie promo canapé, pas d'écrits érotico-porno-merda, eh bien, je suis arrivée à trouver un public. Un public assez convaincu pour venir m'engueuler que je n'ai rien publié cette année. Mes "fidèles" sont donc repartis les mains vides car ils avaient déjà acheté les trois autres livres précédents. Alors que la crise est là et que les livres sont toujours trop chers à mon humble avis, certains ont pensé mettre de côté 20 euros environ pour être prêts le jour où je sortirai de ma fainéantise. Quelques rencontres d'inconnu(e)s et des dédicaces en partage. Voilà, c'est cela ma récompense et je les en remercie mille fois. Ils ont raison de me souffler dans les bronches, et je vais faire mon maximum pour avancer dans mes projets.
 
  • Ceci m'amène aussi à une réflexion plus technique. De plus en plus, les participations aux manifestations sont assujetties à l'obligation d'y promouvoir une "nouveauté", quelques écrits bien neufs publiés dans l'intervalle de temps d'un salon à l'autre.  Effectivement, les places sont si recherchées que, chaque année, les critères de sélection deviennent plus drastiques pour les auteurs. Sauf si l'on a la chance d'avoir un statut d'écrivain star, la "nouveauté" devient incontournable. Elle a pourtant un effet ultra-pervers sur les petits et moyens écrivains que je côtoie et dont, bien sûr, je fais partie. Pour garder sa place, car l'on est si vite oublié, on doit publier un ouvrage coûte que coûte, soit au moins un roman par an !!!! Moi, cela me scie, quand on doit travailler à côté pour survivre financièrement ce qui est bien la situation de la majorité des écrivains. Quelle prolixité ! Avez-vous idée de ce que cela représente comme travail de production, de corrections, sans compter le temps nécessaire techniquement à la réalisation physique du livre ????? Résultat des courses : cela se fait le plus souvent au détriment de la qualité, tant celle du texte que celle de la présentation du livre : mauvaise pagination, fautes, et parfois, trois vers sur une page sous prétexte de poésie. Moi aussi, je sais faire un livre de 200 pages tous les ans, dans ces conditions-là.. Mais voilà, je n'écris pas pour ça, je n'écris pas comme cela. L'écriture ce n'est pas cela.
 
  • Mon camarade de table, lui, avait pourtant la solution. Mais lui, c'est un illustrateur-dessinateur, alors je lui pardonne bien volontiers. Tous les ans, il sort une nouveauté : l'agenda de l'année à venir, avec quelques dessins nouveaux et surtout le canevas dressé d'un planning à une page par semaine. Soit 60 et quelques pages reliées avec une certaine qualité, je le reconnais : l'homme est soigneux et essaie quand même de faire ce qu'il peut. Bon, alors, j'ai compris, je vous griffonne deux ou trois dessins, je récupère un modèle de document word ou publisher mode Agenda, et j'y inscris quelques pensées bien senties -allez, je ne suis pas pingre- une par jour on va dire (soit 365 pensées ! ouah ! j'ai peur d'en faire trop..) de deux ou trois lignes et je vous emballe ça... sous forme de "poésies..". Mais non, je déconne.
 
  • Par contre, de la poésie et des dessins, cela me donne des (bonnes) idées...
 
"La feuille d'automne, emportée par le vent,
En ronde monotone tombe en tourbillonnant."
Colchiques dans les prés 
Cliquez sur le titre pour retrouver la comptine. 
Compositeur : Francine Cockempot 
 
 
 

Pour en finir ave la grippe HIN1

 

Alors, vous n'êtes pas tous encore morts ??? Au grand désarroi de Madame Bachelot, la grippe H1N1 qui semblait faire son bon office en nous trucidant ses premières victimes, s'est arrêtée brusquement en bon chemin. Quid de la pandémie : soudain on s'aperçoit que la grippe peut tuer. Ah oui, ben ça fait longtemps, mes petits z'amis, mais j'oubliais que ce gouvernement plus que tout autre nous prend pour des pantins décervelés. Alors, voilà, je vous le confirme, la grippe tue chaque année, celle-là ni plus ni moins que les autres. C'est vrai, elle se caractérise un peu autrement : elle peut attaquer les jeunes en bonne santé, semble-t-il parce que ce virus -qui n'est pas inconnu, contrairement à ce que l'on veut nous faire croire- n'a pas été contracté par les jeunes générations depuis quelques décennies. Les jeunes se trouveraient donc fragilisés tandis que nos personnes âgées, elles, l'auraient déjà croisé et seraient donc mieux immunisées sur la souche H1N1.

 

On s'aperçoit aussi soudain, qu'il faut se laver les mains et éviter de cracher, postillonner, éternuer sur son voisin... Ben, mes petits z'amis, c'est bien connu, les mesures élémentaires d'hygiène ne prévalent qu'avec cette grippe spécifique, pour tout le reste, vous pouvez rester des crados de première ! Avant H1N1, être un gros dégueulasse n'avait pas d'importance, même pas pour éviter les gastros, hein...

 

Merde alors, que 33 morts officiels depuis le grand matraquage médiatique (ce qui n'enlève pas l'aspect dramatique de ces décès et ma compassion sincère pour les victimes) ! Les scientifiques sont bien en phase avec le discours des politiques plutôt que dire la vérité sans dramatiser, sans pour autant éluder. Mais les scientifiques, on ne les croit plus vraiment non plus, depuis la prise en flagrant délit éhonté des mensonges les plus glauques par rapport au nuage de Tchernobyl.. et quand on voit ce qu'ils osent dire à propos de la gestion des déchets nucléaires, moi, les bras m'en tombent.... Quant aux journalistes, le nombre de ceux dignes de cette appellation est tombé dans la corbeille des espèces en voie d'extinction...

 

Bon, voilà Madame Bachelot bien embêtée avec toutes ses doses de vaccins... même les médecins ne veulent pas se faire vacciner (chercher l'erreur) mais bon, qu'à cela ne tienne, ils veulent bien vacciner les autres. Merci, Docteur Quinn !!! Mais le Zorro salvateur est bientôt arrivé, un scientifique de l'institut Pasteur tout bien propre sur lui, nous dit en substance, que l'on a encore rien vu, que l'on va voir ce que l'on va voir ou la Grippe H1N1 le retour, pire que Schwarzi dans Terminator... nous allons tous y passer. Ah, il était temps, histoire de liquider un peu de stocks de tout, Tamiflu, vaccins de la H5N1 (ben oui, celle-là aussi est dans l'air), et de la H1N1.

 

Dommage qu'il n'existe pas un vaccin contre la connerie, là je la rendrais obligatoire, cette vaccination, en toute urgence, chez les personnes à risque : les politiques, les profiteurs-parasites qui nous sucent la moelle à travers une cellule-hôte nommée banque, tous les "people" et tous ceux pris la main dans le sac heuh, pardon, la main sur la télécommande, à regarder le journal de TF1.  Rendez-vous donc d'ici la fin de l'hiver. On verra bien le désastre tant annoncé, n'est-ce pas ?

 

MAIS moi, je me demande si le désastre annoncé sur le plan de la santé (mi-septembre 2009, la grippe A avait fait 700 morts à l'échelle mondiale : source Lepoint.fr), ce n'est pas le nombre de personnes et d'enfants tombés dans la pauvreté qui ne se soignent simplement plus faute de moyen. 1 français sur 4 renonce ou retarde des soins les plus élémentaires. Que dire d'un véritable fléau, bien plus grave que notre grippe, celui de la FAMINE qui touche l'Humanité toute entière dans des proportions jamais atteintes depuis plus de 50 ans, tandis que les traders se frottent à nouveau les mains à spéculer à la hausse sur les matières premières et les denrées alimentaires. Je peux vous garantir qu'il ne s'agit pas de quelques milliers de morts à l'échelle mondiale, mais bien de millions. Qu'importe si les autres crèvent....

 

Mais moi, bande de parasites du CAC40, je ne suis rien,

Mais moi, pourtant, si j'ai une influence minime sur le monde,

Au titre du fameux "effet papillon"

Mais moi, du haut de mes 1m62,

Moi, je vous MAUDIS.

Et quand l'humanité toute entière ne fera plus que vous MAUDIRE

Que ferez-vous, bande de parasites, que ferez-vous ?

 

 
Garfield est là pour vous prendre la température,
Madame Bachelot a réquisitionné notre pauv'chat
 
 
Le thermomètre grand format est un modèle étatique...
A l'idée d'un recherche de température par voie rectale,
Pas de doute... 
Là encore le gouvernement nous..enc... CENSURE !!!!!!!
 
 
 
 
YS
 
LES BONNES RECETTES D'ECRITURE 
DE LA PLUME D'YS
Bientôt de nouvelles recettes sur la Plume d'Ys ? 

Comme promis, nous continuons à explorer les méandres du monde de l'édition sur la Plume et c'est vrai que cela est dur pour le moral. Comme nos feuilles d'automne, les illusions de nos jeunes auteurs tombent tout aussi mollement sur le seuil de nos espérances. Mais bon, autant savoir à quelle sauce nous sommes tous mangés quand nous tentons la quête de publication de nos ouvrages.

Vous trouverez donc un nouvel article (classé dans "Le monde de l'édition") intitulé avec humour (ben, il ne nous reste plus que ça...) : Editeur à compte d'éditeur : une guerre perdue d'avance ? ou les Tribulations de Nono venu chercher les Tables de la Loi...

Lien vers cet article : cliquez ici !

 Pour nous remonter le moral, la Plume d'Ys termine cet éditorial avec une oeuvre virtuelle qui nous laisse un peu de rêve à nos neurones. Il y a des talents sur Internet, sur des blogs méconnus et qui méritent d'être au moins relayés.

Tout spécialement pour les amateurs de la Plume d'Ys :

(Cliquez sur le nom pour aller sur le site)


01/12/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres